Think Big + Crying out loud

Mercredi 13 octobre 2021
20 h 30 • Le Vauban

Plein 14 €
Tarif réduit 11 €
Adhérent·es Plages Magnétiques 8 €
Comptez 2 € supp. pour tout achat sur place

un quartet inédit aux allures de manifeste libertaire

• Think Big •
Entre le saxophoniste et le contrebassiste de Papanosh, s’installent le batteur hyper-activiste et le trompettiste bidouilleur de Chicago, pour un quartet inédit aux allures de manifeste libertaire. Un terrain d’expérimentation et d’implication furieusement vivant. Le contrebassiste Thibault Cellier et le saxophoniste Raphaël Quenehen se pratiquent et jouent depuis 18 ans au sein du collectif les Vibrants Défricheurs. Avec eux deux prennent place le batteur et compositeur Mike Reed, hyper-activiste sur la scène de Chicago et membre de l’AACM ainsi que Ben LaMar Gay son vieux compagnon de route, trompettiste et multi-instrumentiste émanant de la même galaxie.
Pour une dé-libération musicale perpétuelle.

Raphaël Quenehen saxophones . Ben LaMar Gay trompettes
Thibault Cellier
contrebasse . Mike Reed batterie

Rencontre franco-américaine de l'imprévisible

• The Bridge Crying out loud
On n’a jamais vu ça: saxophones, trombone, accordéon, basse, percussions et électronique, dans tous les sens, toutes les directions, toutes les mutations, superposés, stratifiés, scindés, ventilés, vaporisés – vapeurs. On n’a jamais vu ça, mais on en connaît le principe, et ces cinq-là venus de toutes les directions musicales, le connaissent par cœur : la liberté de prendre de multiples formes. Duke Ellington disait déjà ça. Crying Out Loud est un quintette basé sur l’improvisation autour de minuscules compositions écrites servant de prétextes à l’interaction. Des fragments de mélodie, de rythme ou de texture forment un environnement dans lequel tous les musiciens évoluent d’une manière organique et interdépendante. Selon le son et l’intention de chaque individu, les autres musiciens s’adaptent à la manière d’un écosystème, avec des conditions préméditées. Le mot-clé de cet ensemble serait adaptation : adaptation au contexte dans lequel l’ensemble joue, adaptation à l’inconnu puisqu’aucun des musiciens n’a joué ensemble auparavant, et adaptation en termes de son et de concept au fragment particulier en cours d’exécution.

Le format du quintette est d’autant plus intéressant qu’il est asymétrique et crée un déséquilibre, quoi qu’il arrive. De plus, l’ensemble peut jouer comme un groupe « régulier », la basse à l’intérieur d’une section rythmique et deux saxophones en première ligne. Mais tout peut être également inversé avec trois cuivres contre une section électronique. La raison pour laquelle les fragments sont utilisés comme prétextes à l’improvisation est ainsi d’attirer l’attention sur les possibilités infinies de structuration de l’improvisation, ainsi que sur la richesse du son pur pour définir la forme

Rob Frye saxophones, flûtes, percussions et machines . JayVe Montgomery saxophones et flûtes
Simon Sieger trombone, accordéon et piano . Olivia Scemama basse électrique . Dan Bitney batterie