Festival Invisible

Gaspar claus

FESTIVAL INVISIBLE Jeudi 19 nov – Passerelle, centre d’art contemporain – Brest  20 h 30 – entrée libre

>>>> Gaspar Claus / L’Etrangleuse

+++ GASPAR CLAUS (FR) / Violoncelle solo +++

Lire entre les notes. Faire entendre ce qui respire et ce qui grouille toujours au fond de toute musique. Peut-être s’agirait-il d’un violoncelle dans tous ses états si la volonté était simplement d’en montrer toutes les possibilités sonores, tous les assemblages rythmiques, mélodiques, harmoniques. Mais ce n’est pas cela qui cherche ici à prendre la parole. C’est la quête d’une fonction primaire de la musique, une volonté puissante d’échapper au monde, à soi, au moyen d’une exploration à l’aveugle, d’un long morceau emprunté aux limbes sans fond de la joie d’écouter le son dans ses moindres détails. Du bois, des crins de chevaux, de l’acier, des boyaux d’animaux. Ce qui sonne et fait sonner ce violoncelle se met ici au service d’une cérémonie musicale baigné de chamanisme, de rock à l’état brut, de répertoire classique, de profane et de sacré. Plongé dans la pénombre, assis à même le sol, au plus proche de l’instrument lui-même pour ceux qui veulent, le public est convié à un voyage au lointain, extérieur et intérieur.

Il est l’artiste invité de la saison 2015-2016 de Penn ar Jazz.

Web

+++ L’Etrangleuse (FR) / harpe, guitare & voix +++

Membre charismatique de l’Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp qui a enflammé la scène du festival en 2014, Maël Salètes revient cette année avec un duo intimiste et électrique. Le parti pris fondateur de l’Étrangleuse est assez tranché : explorer les complémentarités inédites de ces deux instruments, dont la matière sonore est le propos principal, illustré par les voix plutôt que le contraire. Evoquant tour à tour le folk, le post rock, les musiques africaines, la musique contemporaine ou le punk, L’Etrangleuse crée peu à peu son univers d’équilibres fragiles et de ruptures inattendues. Une musique intimiste mais faussement calme, capable du presque rien comme d’une violence libératrice. Un deuxième album réalisé par John Parish à Bristol au Toy Box studio sortira fin 2015.

Mélanie Virot // harpe, voix | Maël Salètes // guitare, voix

Web